Marée Rouge - Roll-Play
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est temps de parler d'un de mes settings coups de coeur.

Marée Rouge (Red Tide en anglais) fait partie de ces petits univers qui ne paient pas de mine. Ne cherchez pas chez votre boutiquier, ne regardez pas du côté de Ludikbazar et autre Starplayer, vous ne le trouverez pas. Ce dernier est uniquement disponible en impression à la demande sur www.drivethrurpg.com.

Pendant longtemps, je ne me suis pas plus intéressé que ça aux rétroclones, et Labyrinth Lord en fait partie. Mais force est de constater que la vague "Oldschool" réserve des surprises d'une qualité parfois insoupçonnée. Et c'est le cas de Marée Rouge.

Le postulat de départ est alléchant : le monde tel qu'on l'a connu n'existe plus réellement. Un jour, issu de nulle part, une étrange brume rouge a commencé à se répandre sur ce dernier, avalant à une vitesse affolante les terres et les hommes. Mais pire encore, ce que l'on appela la marée rouge déversait, depuis les brumes, une foule d'étranges créatures corruptrices et, qui sait, peut-être même démoniaques. Seul un homme, issu d'un empire dont des derniers restes survivent tant bien que mal, perçut la menace et pu emmener une partie de son peuple à l'abris sur d'étranges îles, peuplées par des créatures non-mois étranges : les Shou.

Nous y voilà : les îles sont tout ce qui reste du monde, entourées par la brume. Les derniers vestige d'une humanité mourante se disputent quelques terres tout en combattant les sauvages Shou. Et les personnages là dedans ?

Marée Rouge, c'est un univers de Sword and Sorcery sombre contenant tous les outils pour jouer dans un immense bac à sable. Si le livre ne contient pas de système de règles, il est par contre totalement autonome à tout autre égard : on y trouve l'univers, quelques races, un bestiaire, des cartes... de quoi créer une région pour créer son propre bac à sable, tout une série de conseils de maîtrise... En bref, on peut jouer directement, lancer une campagne, sans avoir à attendre moult suppléments.

L'univers en soi, les îles, est composée de quelques cultures familières : les reste d'un empire ressemblant à la chine antique, un shogunat ayant passé un pacte avec les démons, des hommes du nord aux allures de vikings, des occidentaux faisant penser aux royaumes chrétiens dans une version puritaine et nordique, ou encore des marchands arabisants... les derniers restes de plusieurs civilisations dont les cultures s'entrechoquent sur une île bien trop petite pour tous. Et puis les barbares Shou, eux, premiers habitants de l'île, ne comptent pas se laisser faire.

L'une des étrangetés (non expliquée, mais peu importe) de l'île est la grande variété de climats, allant sur une distance pas si énorme du subtropical au climat quasiment arctique. mais on l'oublie vite : ceci permet d'imprimer en un lieu réduit une grande variété d'ambiances. Le tout combiné avec les multiples cultures, on obtient un feeling intéressant. D'autant plus intéressant que les peuples non-humains prennent bien moins d'importance dans cet univers que dans beaucoup d'univers fantasy. Les "elfes" sont des immortels se réincarnant de de nouveaux corps. L'immortalité vient de leur âme et de leurs capacité à se souvenir de leurs vies antérieures. Nains et Halfelins sont plus classiques, mais assez peu présents. Finalement l'univers est très largement humanocentré, et cela n'est pas un mal au vu de la propension de la plupart des univers de fantasy à fournir de multiple peuples, faisant parfois passer Star Wars pour un univers à la diversité biologique limitée.

Marée Rouge est un univers tout à fait passionnant. Pour une vingtaine d'euros, on obtient un univers complet en couverture dure, assez développé pour y jouer des mois, voire des années durant. De plus, l'une de ses grandes force reste la liberté de ton que l'on peut apporter à l'univers. On peut tout y intégrer, depuis l'aventure fantasy classique jusqu'à l'horreur lovecraftienne, en passant par des ambiances sombres mais plus héroïques à base de cultes étranges vénérant la Marrée. Car si le secret de la marrée est donné, il n'est pas pour autant absolu et rien n'empêcher un MJ un peu créatif d'en faire ce qu'il veut. On pourra donc mettre en scène l'inéluctable fin d'un monde mourant, ou faire en sorte que les personnages trouvent un moyen de repousser la marrée : cela ne tient qu'au meneur de jeu.

Marée Rouge, c'est un vrai plaisir, enthousiasmant, original, bien construit... et parfait pour jouer, autant avec D&D ou l'un de ses clones qu'avec d'autres systèmes comme Runequest ou autres. Se laisser bloquer par le fait que l'univers ait été pensé pour Labyrinth Lord serait une erreur : laissez-vous tenter !

Et comme je suis dans ma vague de rétroclonerie, je vous parlerai un de ces jours d'un système parfait pour Marée Rouge : Hunter of the Unknown, une adaptation d'Explorateur de l'Inconnu (le jeu de Snorri) par Le Grümph, auteur de Nanochrome, Dragon de Poche, Oltrée et des Mille Marches... Mais tout ceci sera en temps et en heure.

En attendant, je me permets, en conclusion, de vous fournir un lien qui vous permettra de vous procurer l'ouvrage : http://www.rapidejdr.fr/product/108610/Mare-Rouge

Marée Rouge
Tag(s) : #Critiques de jeu, #Labyrinth Lord, #Rétroclone, #Univers de jeu